01 46 34 12 64

Le doctolib des avocats est-il déjà en marche ?

  • Accueil
  • /
  • Blog
  • /
  • Le doctolib des avocats est-il déjà en marche ?
Le doctolib des avocats est-il déjà en marche ?

«Le jeune avocat sans causes, le jeune médecin sans clients, sont les deux plus grandes expressions du désespoir décent, particulier à la ville de Paris. »
Honoré de Balzac

Le doctolib des avocats est-il déjà en marche ?

Centraliser, sur un seul site, tous les professionnels d’un métier, quelle que soit leur région en France, et permettre de prendre rendez-vous facilement par ce site, voire plus encore, telle est la promesse de Doctolib. Aujourd’hui, d’autres réseaux se développent dans le même esprit autour des métiers du droit. Est-ce utile, souhaitable et quelle est l’évolution possible de ce type de site ? C’est une question qui mérite d’être posée.

Qu’est-ce que Doctolib ?

En 2013, Doctolib était lancé, avec le soutien de la Ville de Paris et du Ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche. Cinquante praticiens seulement étaient alors partenaires de cette entreprise, qui visait à créer une sorte d’annuaire centralisé des docteurs, et à permettre la prise de rendez-vous en ligne.

Plusieurs levées de fonds ont suivi, les praticiens ont été de plus en plus nombreux à s’inscrire sur la plateforme et, surtout, les visites ont été de plus en plus nombreuses : le cap des 15 millions de visites par mois a été franchi en janvier 2018.

La réussite de ce qui était une petite entreprise et de ce qui est devenu une puissante machine de liens entre patients et praticiens interroge, forcément. D’autres secteurs se sont aussi mis à la prise de rendez-vous en ligne, comme les coiffeurs ou les garagistes. Tôt ou tard, les métiers du droit devaient également se poser la question. Et c’est ce qui se passe déjà depuis quelques années, avec la création en France de sites comme Avoloi ou Izilaw (pour n’en citer que quelques-unes).

En quoi un doctolib des avocats pourrait-il être intéressant ?

En tant qu’avocat entrepreneur, l’idée c’est de toujours penser à ce qui peut être utile au justiciable (ceci afin de mieux le convaincre de faire appel à vos services). Or, il va de soi qu’un organe centralisateur est un outil utile pour tous ceux qui ne savent pas comment contacter des avocats (les plateformes citées plus haut recensent aussi des notaires et des huissiers).

Pouvoir, en un seul endroit, obtenir une liste de professionnels disponibles en fonction de ses besoins spécifiques, prendre rendez-vous en ligne, voire disposer d’une consultation dématérialisée (par téléphone notamment) peut sembler rassurant pour de nombreux internautes. C’est, en tout cas, un concept plus pratique pour eux.

Et, du côté des avocats, cela permet aussi de toucher des justiciables qui, sinon, ne vous auraient peut-être pas découvert.

Néanmoins, tout cela demande des investissements. Aussi bien du côté des avocats (l’inscription sur le site n’est pas gratuite) que de la part de l’entreprise qui gérera ce site. Et c’est là que le bât peut blesser.

Où en est le marché sur ce secteur ?

À l’heure actuelle, il n’existe pas un seul, mais bien plusieurs entreprises qui se proposent de centraliser les avocats. Aucune d’elle ne s’est encore suffisamment démarquée pour s’imposer comme une référence dans le milieu.

Certes, cela a été le cas de Doctolib à ses débuts. Il a fini par racheter des concurrents, comme mondocteur, et par devenir le fournisseur principal d’informations et de prise de rendez-vous en ligne.

Chacun des sites actuels qui regroupent des avocats de cette manière se targue d’en lister plusieurs centaines. Il est évident que tous ne pourront pas perdurer. Le principe même du service, sa seule manière de réussir, c’est de devenir un leader incontournable. Ce qui n’est pas encore le cas.

Est-ce utile pour les avocats d’être présents sur ce genre de site ?

Ces sites de mises en relation respectent des règles déontologiques strictes. Aucun avocat ne pourra donc être plus mis en avant qu’un autre. Il n’y aura pas non plus de classement ou d’avis des utilisateurs. Il s’agit donc d’un annuaire amélioré (et très amélioré, même, puisque les outils de prise de rendez-vous ne sont qu’un des aspects, parmi les plus basiques, mis en avant).

Être présent sur un annuaire est toujours utile. C’est une flèche de plus qui pointe dans votre direction. Ce qui ne signifie pas non plus que ce soit indispensable.

L’évolution nécessaire, c’est de proposer, via votre propre site, les mêmes services indispensables (la prise de rendez-vous, la consultation par téléphone, le règlement en ligne…), comme sur les sites internet distribués sur Avocalix. Parce que la plupart des internautes feront une recherche sur internet portant sur les termes « avocat spécialisé en... » ou « avocat dans telle ville ». Éventuellement, ils poseront une question sur les domaines qui les inquiètent dans la barre de recherche, et votre blog pourra alors répondre à cette question… tout en les incitant à vous contacter tant cette mise en relation serait facilitée.

Il faudra donc ré-inventer le modèle économique existant, mais aussi s’ouvrir à de nouvelles perspectives, en travaillant main dans la main avec d’autres corps de métier, par exemple. La dématérialisation, et la communication, sous toutes ses formes, seront les principaux pôles à maîtriser.

Il est tout à fait possible d’un doctolib des avocats finisse par devenir une référence. Et il sera alors utile d’y être. Il est même possible de considérer qu’être déjà présent sur les plateformes existantes, avant qu’elles ne se développent trop, facilite votre visibilité (il est plus aisé d’être vu au milieu de 10 avocats que de 100). Mais il n’est pas pour autant inéluctable d’attendre que d’autres legal tech, via des sites externes, vous permettent d’entrer en contact avec les justiciables en contrepartie d’une commission, si vous pouvez déjà le faire vous-même.

Par Avocalix
le 29 Mars 2019

*Vous disposez d’un droit d’opposition, d’accès et de rectification des données vous concernant, que vous pouvez exercer auprès de la société Légalix en écrivant à contact@avocalix.com